Archive for the ‘Marketing’ Category

h1

Nom ! Je dis Nom !

3 février 2010

Comme vous l’avez certainement aperçu à la télé, Calyon (banque issue de la fusion du Crédit Agricole et du Crédit Lyonnais) va se choisir un nouveau nom !

Chouette, c’est toujours intéressant le lancement d’une nouvelle marque, avec un nom qui résume ses valeurs, la projette dans l’avenir…

Et le nouveau non sera donc : Crédit Agricole, Corporate and Investment Bank !

Alors là, j’avoue, je suis soufflé par une telle recherche, une imagination aussi débordante, une marque qui vous emmène ailleurs… En plus, ils nous font une jolie campagne pas onéreuse avec Sean Connery qui prononce le nom de la marque avec un ravissant accent pour » bien marquer le côté global, coco! » (enfin j’imagine que c’était le pitch maisc’est juste  complètement incompréhensible…).

Et pourtant ils avaient réussi à nous trouver récemment un joli « BforBank » (juste au cas où vous croiriez que Banque commence par à T)

Il n’y a pas à dire, ils sont forts en recherche de nom au Crédit Agricole. Si vous attendez un gosse allez les voir, ils auront sûrement des suggestions originales !

Publicités
h1

A la carte

30 avril 2008

En ce moment passe en télé deux campagnes concurrentes pour un service identique par les deux poids lourds du secteur : la carte bancaire. Il est amusant de comparer les deux approches publicitaires, même si personnellement je ne suis pas vraiment dans la cible, étant déjà utilisateur quasi exclusif de la carte (je ne vous dis pas combien de temps me dure un chéquier…).

  • Eur*Card MasterCard : ils ont choisi de présenter leur service « haut de gamme » (version Gold) avec un « bogoss » quarantenaire qui aide son fifils (il a du l’avoir à 12 ans vu l’âge du gamin) dans une de ses passions et finit par la partager avec lui (ce qui est « sans prix »). Bref, une démonstration simple et (à mon avis) efficace des bénéfices client. J’en conclus : tu utilises déjà ma carte, passe au cran supérieur pour avoir plus de service et gagner en statut social…
  • Carte Bl*ue Visa : on parle là du service de base, donc je vois ça plutôt comme une campagne de « recrutement » pour les non utilisateurs. Mais plutôt que de présenter les bénéfices clients, la marque s’applique à faire passer l’utilisateur du chèque pour un looser total devant son fils ou sa femme/maitresse/fiancée, dans des situations de surcroit totalement irréalistes (ou alors c’est de l’humour ???). Bref, si le seul avantage de la carte sur le chèque c’est d’éviter les catastrophes, je ne suis pas sûr que ça séduise beaucoup des rétifs à l’utilisation du bout de plastique. Pourtant des bénéfices clients (et pas seulement des avantages) il y en a plein : gain de temps à la caisse, tranquillité d’esprit (pas de refus, moins de risques en cas de vol), paiements de tout type de montant (service Moneo même si c’est un flop), etc.

On peut aussi se poser la question de la pertinence de faire de la pub télé pour ce genre de service puisque c’est votre banque qui va vous imposer l’un ou l’autre des réseaux de carte (tiens, c’est pas de la vente liée ça ?). Donc aucune possibilité de passer simplement de l’un à l’autre. Une bonne campagne de marketing direct ne serait-elle alors pas plus efficace, d’autant que les fichiers respectifs contiennent déjà moult données sur les clients…

Et vous, vous en pensez quoi ?

h1

Etre remarquable… (suite)

20 mars 2008

Il y a quelques mois, je m’étais étonné du manque d’audace du design et de la communication de la nouvelle R*nault Laguna, censée selon ses géniteurs, devenir une référence de sa catégorie, au niveau des concurrentes allemandes…

Les premiers chiffres viennent de tomber, et il faut avouer que le pari n’est pas vraiment réussi puisque les dernières projections tablent sur 130.000 voitures, bien loin de l’objectif fixé de 180 à 200.000.

On pourra proposer plusieurs tentatives d’explication à cet échec insuccès…

  • Un design anonyme, quand même la nouvelle Merced*s Classe C arrive à devenir sexy (enfin, tout est relatif…). Et surtout quand son coeur de cible est constitué de grands rouleurs pour qui le véhicule d’entreprise fait partie du statut professionnel. Demandez à un commercial de choisir son outil de travail sans contrainte et il ira direct vers les Allemandes parce que ça fait riche…
  • Une communication encore plus anonyme… Même si la concurrence ne fait pas dans l’innovation à outrance, il existe un ton et une personnalité identifiables pour le segment… Alors R*nault et son squelette roulant bof bof…
  • Une offre produit tout aussi anonyme… Pas de services associés, une garantie classique (alors qu’on se targue d’une qualité et d’une fiabilité supérieures…)… Rien de remarquable à ce niveau non plus…
  • La faiblesse inhérente de R*nault sur le créneau du haut de gamme malgré les tentatives Vel Satime et Avantis (euh non c’est l’inverse, Vel Satis et Avantime…)

Mais au delà de tout ça, le plus gros problème c’est peut-être la marque Laguna elle-même… En effet, l’image Laguna a été singulièrement entachée par le manque de fiabilité des générations précédentes, ce qui du coup pourrait rejaillir sur la nouvelle version (le coup de la mauvaise réputation qui dure malgré le bon produit, c’est du cours marcom de 1ère année quand même…).

Histoire de marquer franchement la rupture de catégorie, pourquoi ne pas avoir lancé carrément une nouvelle marque modèle ? (sans aller jusqu’aux initiatives des constructeurs japonais avec leurs marques luxe).

Ah oui c’est vrai, ça coûte cher de lancer une marque, bla bla bla… Mais on ne peut pas dire que le constructeur n’a pas bénéficié de temps en amont du lancement, un temps largement occupé par une communication RP qui aurait permis, à moindre coût, d’installer la nouvelle marque dans l’esprit du public, cette nouveauté même étant prétexte à une couverture presse peut-être plus importante car faisant grimper les attentes… La campagne de communication de lancement pouvant du coup se permettre de créer des nouveaux codes différenciateurs, spécifiques à cette nouvelle marque…

Et au final, combien coûtera le manque à gagner des 50/70.000 voitures non vendues ?

h1

Parler de l’Air…

28 février 2008

Un truc me chiffonne dans la communication actuel de Macbo*k Air d’Appl*.

Le seul argument que la marque fait valoir pour le lancement de son nouveau portable est son épaisseur. Autant pour ses produits précédents (iP*d et iPh*ne), on avait le droit à une démonstration des avantages de l’objet, voire de ses bénéfices, autant là, on s’arrête à une caractéristique technique, et qui ne sera valable que quelques semaines tout au plus au vu des modèles concurrents qui arrivent…

On peut se demander la raison du choix de cet axe de communication, la marque n’ayant jamais eu de problème à vendre le design de ses produits. Et même s’il n’était pas le plus fin du monde, ce portable aurait sûrement le même succès. Et pourtant les avantages sont nombreux : portabilité, compatibilité, look, qualité. Et les bénéfices client qui en découlent aussi : liberté d’utilisation, statut etc…

Alors quoi ? un équipement perfectible ? des performances inférieures aux attentes ? un prix par forcément adapté ?

Ok le coup de l’enveloppe c’est sympa, en particulier lors de la première présentation, mais on a connu plus créatif en comm du côté de Cupertino.

En tout cas, si la blogosphère s’était enthousiasmée pour l’iPh*ne (« j’en veux un » a du être le titre de post le plus usité à l’époque…), elle semble plus rétive à brasser de l’Air… Un signe ?

h1

En vrac…

12 novembre 2007

Je sais, je ne suis pas très assidu en ce moment et ça doit forcément beaucoup vous manquer (oui j’ai un ego qui va très bien merci… Mes chaussettes ? taille XXL pourquoi ?).

Alors quelques réflexions sur des news récentes :

  • Lenovo, qui avait racheté la branche ordinateurs portable d’IBM, abandonne la marque pour 2008 et décide de se lancer dans le PC de bureau… Abandonner une marque aussi forte qu’IBM sur un marché aussi concurrentiel et influencé par les marques que celui du PC (portable ou non) c’est plutôt courageux. L’agence de comm va avoir du boulot en notoriété et en perception… Quant à se lancer sur un marché fragile (tout du moins dans nos contrées) comme celui du PC de bureau, quand un Acer est devenu 3ème constructeur mondial en surfant sur la vague du portable…
  • Les ventes de disques ont encore baissé sur les 9 premiers mois de l’année. Bien entendu, on blâme encore et toujours le piratage et le SNEP propose d’imposer un logiciel de filtrage sur tous les ordinateurs… Pourtant, une étude indépendante, demandée par le gouvernement canadien et trouvée ici et ici, démontre (une fois de plus) que l’échangeur de musique est plus enclin à acheter qu’un autre… C’est étrange quand les études sponsorisées par les majors essayent de démontrer le contraire… Il faudra de toute façon que les grands labels se fassent à l’idée que le consommateur a radicalement changé sa manière de consommer la musique et qu’ils devront adapter leur business model en conséquence. N’importe quel autre secteur l’aurait déjà fait depuis longtemps…
  • Pour terminer, si vous avez un peu de temps, et pour se cultiver en faisant une bonne action, le site freerice.com propose un test de vocabulaire anglais où chaque bonne réponse fait gagner du riz qui sera reversé à une association contre la faim. Bon n’étant pas anglais vous pouvez toujours vous aider d’un dictionnaire en ligne… Et pour ceux qui ont la flemme, il reste thehungersite où il suffit juste de cliquer. D’ailleurs, ça serait une idée de lancer un tel site pour les ONG françaises
h1

Frank coiffe Jean-Louis

23 octobre 2007

J’adore lire la presse économique car, outre les données propres à mon métier qui permettent d’appréhender un environnement business très changeant, on trouve toujours des « petites » infos originales…

Dernièrement, on pouvait ainsi apprendre que le coiffeur Frank Provost fusionnait avec le groupe qui possède les salons Jean-Lous David, Saint-Algue… Au-delà du rapprochement de deux marques emblématiques de la coiffure française (n’est-ce pas chères lectrices ?), cela donne l’occasion de découvrir des chiffres étonnants :

  • Le groupe pèsera près d’un milliard d’Euros de chiffre d’affaires (tout ça avec des mèches !)
  • Il possèdera 2.200 salons en Europe (soit plus de 450.000 Euros de CA moyen par salon…)
  • Il représentera 12% de part de marché en France, le second acteur n’étant quà 3%
  • Les Françaises vont 5,7 fois par an chez le coiffeur, soit deux fois moins que les Espagnoles (allez les filles, faut soutenir l’économie française ! – enfin je dis ça, mais avec ma coupe je ne leur fais pas faire fortune!!!!)

Là aussi la globalisation arrive…

h1

Marketing Mobile – Panacée ou « Pain in the ass » ?

16 octobre 2007

On dit et lit beaucoup de chose sur le marketing mobile, présenté comme la prochaine avancée en matière de marketing électronique, en particulier avec le développement des portable avec GPS intégré qui permettront de faire de la communication géo-ciblée.

Et de vous offrir le bienheureux scénario du consommateur moyen se promenant en centre ville, toujours prêt à dépenser l’argent du ménage dans des babioles de la plus haute importance (avez-vous remarqué comme le consommateur est toujours très dépensier dans ces scénarii ?) lorsque, tout à coup, il passe devant la vitrine d’un magasin qui hop ! aussitôt lui balance une promo sur son téléphone portable. Promo que le dit consommateur, avide de bonnes affaires, ne manquera pas de découvrir en entrant dans le magasin en question et en y dépensant son petit pécule… Je n’ose pas imaginer ce que donnerait une balade à Pigalle dans un monde comme ça…

Mais voilà, est-on prêt à recevoir ce genre de sollicitation sur son mobile, même en s’inscrivant volontairement sur une liste de diffusion? Une étude récente semblerait montrer que non, même chez les 18/30 ans américains que les clichés habituels nous feraient pourtant imaginer comme cible privilégiée pour cette communication. Et ils sont près des 2/3 à rejeter ce genre de communication ce qui met un peu d’ombre sur toutes les promesses du marketing mobile… Sans compter qu’à regarder tout le temps son écran de portable, on perdrait le plaisir du lèche-vitrine (n’est-ce pas chères lectrices ? :->)

mobileloc.gif
Via emarketer (comme d’hab’)

Et vous ? Les promos Gap/Zara/Fnac/Boucherie Sanzot sur le portable pendant la journée shopping, ça vous tente ou ça vous agace ?